Voyager léger

Voyager léger - Succès au fémininSi vous êtes du genre à voyager, vous savez que lorsque vos valises sont trop lourdes, vous devez payer un supplément. Personne n’aime payer plus cher que nécessaire alors avant de partir, on s’assure de n’apporter que l’essentiel.

Il en est de même dans la vie. Êtes-vous du genre à traîner du bagage inutile comme de la colère, du chagrin, de la rancœur, ou à vous faire du souci avec une situation qui n’est pas réglée?

Saviez-vous qu’il y a aussi un coût rattaché à ce type d’excédent de bagage? Ce coût est à dimension humaine, mais il est tout aussi important.

Ce poids mental que vous traînez vous ralentit et vous empêche d’avancer, de vous réaliser. Il vous empêche également de voir les opportunités. Il peut même nuire à votre santé physique.

Récemment, j’ai été témoin d’amies qui traînaient un « excédent de bagage » depuis trop longtemps. Voici leurs histoires :

L’une d’entre elles a quitté son conjoint il y a plusieurs années et était encore inscrite au compte de crédit commun. Elle était donc, selon la loi québécoise, responsable d’une dette qui n’aurait pas dû lui appartenir. Or, mon amie n’aime pas les conflits. Elle refusait de payer la dette pour ensuite pouvoir enlever son nom, puisqu’elle se doutait que l’ex-conjoint continuerait d’utiliser la marge de crédit.

Heureusement, elle a découvert qu’elle pouvait déclarer faillite pour se débarrasser de cette dette. Ce n’est pas une solution idéale, surtout quand on est jeune et qu’on pense investir dans une maison ou autres projets, sauf que mon amie n’a pas l’intention de s’acheter une maison dans les cinq prochaines années. Depuis qu’elle a rencontré le syndic de faillite, elle me dit qu’elle se sent beaucoup mieux. Elle souffrait d’insomnie depuis longtemps. La nuit suivant sa rencontre avec le syndic de faillite, elle a dormi douze heures d’un sommeil réparateur. J’appelle ça dormir l’esprit tranquille. 🙂

Mon autre amie est entrepreneure comme moi. Un client lui devait de l’argent depuis plusieurs mois pour un travail également terminé depuis longtemps, et pour lequel il s’est dit très satisfait. Elle lui envoyait régulièrement des messages lui demandant de payer le solde. Malgré cela, il ne payait pas. Elle était en lien avec lui sur les réseaux sociaux et se sentait frustrée de voir les activités du client alors qu’elle attendait son paiement.

Un jour, je lui ai dit qu’elle traînait cette énergie depuis trop longtemps et que moi, je mettrais ce montant dans les créances irrécouvrables et que je l’enlèverais de mes connexions. Eh bien, le jour même où elle l’a enlevé de ses connexions, il lui écrivait qu’il allait lui verser une partie du montant et lui proposait un échéancier. L’a-t-il payé? Probablement que non, mais je sais que parce qu’elle a libéré l’espace mental occupé par ce mauvais payeur, mon amie a créé de la place pour de meilleurs clients.

Je vois souvent des gens qui traînent de la colère et du ressentiment envers d’autres personnes pendant trop longtemps. Il vaut mieux prendre le temps de régler la situation ou bien de décider carrément de lâcher-prise.

De toute façon, c’est surtout à vous que vous faites du tort dans de telles situations.

Dites les choses au moment où elles arrivent, avec authenticité et respect, réglez vos affaires en temps et lieu. Tout le monde s’en portera mieux et vous voyagerez léger!