Choisir d’être heureuse malgré…

woman-591576_640Je choisis à chaque jour d’être heureuse, peu importe ce qui m’arrive. Est-ce facile? Pas toujours. Parfois, je mets un peu plus de temps à pivoter, à passer d’un sentiment désagréable à celui que je veux vraiment ressentir.

« Pivoter est l’action que nous devons effectuer pour formuler ce que nous voulons obtenir. Le contraste des événements désagréables nous offre l’occasion de reconnaître ce qui ne nous apporte pas le bien-être, et, à partir de ce ressenti désagréable, de décider et de choisir ce qui nous apporte un ressenti appréciable. » Marcelle della Faille

Quand je vis une situation désagréable, je passe souvent par toute une gamme d’émotions avant d’en arriver à me sentir bien. C’est ce qui m’est arrivé récemment. J’ai pensé partager avec vous ce processus que vous pourrez aussi appliquer à votre tour.

Depuis quelques années, je me suis rendu compte que j’entendais moins bien. J’ai donc été faire un test de dépistage chez un audioprothésiste. On a décelé une perte auditive dans les deux oreilles. J’étais chagrinée. On m’a recommandé un rendez-vous avec un ORL afin de voir si une chirurgie était possible, et on m’a informée que l’attente serait longue pour ce rendez-vous. En attendant, je me suis acheté des amplificateurs afin de pouvoir écouter les différentes conférences auxquelles j’allais participer.

Onze longs mois plus tard, j’ai enfin rencontré l’ORL qui m’a expliqué que la chirurgie était peut-être possible pour une oreille, mais qu’elle n’était pas garantie et qu’il y aurait encore des délais. Le mieux, selon lui, serait que je porte deux appareils pour bien entendre. J’étais dévastée! Pendant que j’attendais ce rendez-vous, j’avais imaginé plusieurs scénarios et deux appareils auditifs n’en faisaient pas partie. J’étais déçue. Mon ego en a pris un coup.

Ensuite, j’ai ressenti de la colère, car j’avais l’impression d’avoir perdu tout ce temps à attendre pour rien. Si on m’avait bien expliqué la situation l’an passé, j’aurais déjà mes appareils. Je me suis permis de bien ressentir cette colère jusqu’à ce que je réalise que ça ne me donnait rien. Ce qui est fait est fait. Enfin, l’espoir et l’anticipation joyeuse d’avoir des appareils confortables et presqu’indétectables ont remplacé la colère.

Aujourd’hui, je me sens mieux. Et j’ai hâte, car d’ici quelques mois, en fait deux mois tout au plus, cette situation sera réglée.

Je suis reconnaissante que la technologie existe pour me permettre d’entendre à nouveau les sons magnifiques comme le vent dans les arbres, le chant des oiseaux et les voix toutes douces de plusieurs de mes amies à qui je n’aurai plus besoin de demander de répéter!

Comme vous pouvez voir, je n’ai pas refoulé mes émotions. Je me suis accordé le droit de vivre chacune d’entre-elles et à pivoter jusqu’à ce que je me sente bien.

Essayez, avec un peu de pratique, vous y arriverez aussi.

2 réponses à Choisir d’être heureuse malgré…